Our cookies policy (more info) . By continuing, we assume your permission to our use of cookies.
Mirage 2000 - Armée de l'Air
Share
Link copied to clipboard
An error occured while copying the link. Please try again.

MIRAGE 2000, SPÉCIALISTE DES MISSIONS D’APPUI AÉRIEN

     Depuis la base aérienne projetée de Niamey (Niger) ou le détachement de N’Djamena (Tchad), de jour comme de nuit, les Mirage 2000 de la force Barkhane assurent les missions d’appui aérien rapproché (CAS - Close Air Support) au profit des troupes au sol. Ces missions vont de la réalisation de survols dissuasifs (« show of presence » ou « show of force ») à l’exécution de frappes aériennes, en passant par la collecte de renseignement.
Ils représentent 95 % des actions conduites par les détachements chasse de l’Armée de l’air engagés dans l’opération. La capacité de ravitaillement en vol assure une très grande réactivité et permet d’intervenir sur une zone aussi vaste que l’Europe.

     Le Mirage 2000 est un avion de chasse conçu par la société française Dassault Aviation à la fin des années 1970. Bien que la formule à aile delta fasse penser au Mirage III des années 1960 et que le Mirage 2000 soit de taille comparable, il s'agit en fait d'un avion entièrement nouveau, avec une surface alaire plus importante, naturellement instable pour améliorer sa manœuvrabilité et équipé de commandes de vol électriques. Mis en service en 1984, le Mirage 2000 est principalement utilisé par l'Armée de l'air française qui en a reçu 315 exemplaires, tandis que 286 autres ont été exportés vers huit pays différents. 

     En 1972, l'Armée de l'air française lance le programme ACF (Avion de Combat Futur) pour lequel elle demande un avion bi-réacteur doté de Snecma M53 et avec une aile fixe, destiné à des missions de supériorité aérienne. Tout en préparant une réponse à cet appel d'offres, le constructeur Dassault Aviation lance dès l'année suivante, sur fonds privés, l'étude d'un avion mono-réacteur à aile delta baptisé « Delta 2000 ». Le 12 décembre 1975, le programme ACF est arrêté, pour des questions de coûts, et le gouvernement décide d'adopter à la place le projet du Delta 2000.

     Quatre prototypes d'un avion de chasse monoplace (Mirage 2000C) sont commandés officiellement en 1976. Ils doivent être propulsés par un réacteur M53-2 de 7,5 tde poussée, en attendant le M53-5 plus puissant (poussée de 9 t) destiné aux avions de série. Le premier prototype fait son vol inaugural le 10 mars 1978. Le premier avion de série s'envole à son tour le 20 novembre 1982, équipé du réacteur M53-5, et les livraisons à l'Armée de l'air française commencent l'année suivante. Le 2 juillet 1984, jour du cinquantième anniversaire de la création de l’Armée de l’air, la 2e escadre de chasse, stationnée à Dijon, fut la première escadre à recevoir le Mirage 2000. Les 37 premiers avions de série sont livrés avec un radar RDM (Radar Doppler Multifonction), car la mise au point du radar RDI (Radar Doppler à Impulsions) s'avère difficile. Il faudra finalement attendre 1987 pour que soient livrés les premiers exemplaires enfin équipés du radar RDI, et qui reçoivent également un réacteur M53-P2 encore plus puissant (9 700 kgp).

Versions 

À l'origine développé pour être un avion d'interception et de supériorité aérienne, le Mirage 2000 a été ensuite commercialisé en différentes versions : 

- Mirage 2000B : Version biplace d'entraînement
- Mirage 2000C : Version utilisée pour la défense aérienne. Appareils RDI S5 pouvant, depuis 2016, embarquer quatre bombes.
- Mirage 2000-5 : Version d'abord uniquement destinée à l'exportation, l'Armée de l'air prend ensuite la décision de porter un certain nombre de ses Mirage 2000C à la norme 2000-5. Il dispose d'une avionique profondément rénovée, avec notamment un radar RDY (Radar Doppler Y), d'un viseur tête haute Thomson-CFS VEH-320, de commandes Hotas (en anglais : hands on throttle and stick : « mains sur manette et manche ») et de contre-mesures intégrées ICMS Mk.II. Les Super 530D sont remplacés par 4 MICA EM (missile d'interception et de combat aérien), plus petits et plus modernes, adaptés à l'utilisation en défense aérienne.
- Mirage 2000-9 : Version totalement polyvalente avec radar RDY-2 (15 % de portée supplémentaire comparé au RDY), EMTI (Ensemble Modulaire de Traitement de l'Information), pod de désignation laser. Cette version est capable de missions air-air avec des capacités proches des 2000-5, air-sol avec des missiles Black Shaheen (version du SCALP-EG spécifique aux EAU) et air-surface avec missiles Exocet, le tout avec ravitaillement en vol. Possède aussi le mode GMTI pour le suivi de véhicules au sol, et un mode AIR/MER.
- Mirage 2000N : Version spécialisée dans la frappe nucléaire en service de 1988 à 2018, emportant le missile Air-sol moyenne portée amélioré (ASMPA), désormais remplacé par le Rafale dans ce rôle.
- Mirage 2000D : Version biplace air-sol d'assaut conventionnel tout temps spécifique à la France.
- Mirage 2000 : Appareils réservés à l'exportation, avec possibilités de modifications de l'avionique suivant les clients, mais toujours autour du radar RDM.

Caractéristiques techniques

- Rôle : Avion de chasse
- Constructeur : Dassault aviation
- Équipage : 1 pilote (+ 1 navigateur officier système d'armes sur biplace)
- Premier vol : 10 mars 1978 (2000 C)
- Mise en service : été 1983 (2000 C), avril 1999 (2000-5)
- Nombre construits : 601

Dimensions
- Longueur : 14,60 m
- Envergure : 9,13 m
- Hauteur : 5,20 m
- Surface alaire : 41 m²

Masse et capacité d’emport 
- Masse à vide : 7 800 kg
- Max au décollage : 16 500 kg
- Mirage 2 000−5 : 17 500 kg
- Carburant : Interne : 3 200 kg
- Externe : 6 200 kg
- Avec armement : 13 800 kg

Motorisations
- Moteurs : Snecma M53-P2, M53-5, M53-2
- Nombre : 1
- Type : Turboréacteur avec postcombustion
- Poussée unitaire : 65 kN (98 kN avec postcombustion)

Performances
- Vitesse max : 2 340 km/h (Mach 2,2 à 15 000 mètres, Mach 1,2 à basse altitude)
- Plafond : 18 000 m
- Vitesse ascensionnelle : 18 000 m/min
- Rayon d’action : (avec réservoirs externes) 1 600 km
- Charge alaire : 337 kg/m²
- Rapport poussée/poids : (à vide) 1,288
- Facteur de charge : +9 G / -3,2 G

Crédit photos : Spot'Air

Events with Mirage 2000 - Armée de l'Air